La start-up carolo Warq à l’assaut du secteur de la défense

Après avoir conquis le marché européen de l’airsoft, le fabricant de casques de protection Warq veut quitter les terrains de jeux pour les salles d’entraînement des forces de l’ordre.

Il y a quatre ans, Quentin Mulders et Zoé Absil n’avaient encore aucune expérience de l’entreprenariat. Aujourd’hui, leur start-up de casque intégral de protection Warq vient de clôturer sa deuxième levée de fonds et s’apprête à s’ouvrir à de nouveaux marchés tant stratégiques que géographiques. “Je m’occupe de tout ce qui est papier, lui de tout ce qui est plastique“, explique en souriant le bras féminin de ce duo.

Tout est parti d’un projet de développement personnel, ajoute son compagnon de fortune. Je cherchais une solution pour éviter la formation de buée dans mon casque tout en assurant une protection suffisante en cas de chute et d’impact de billes.” À 33 ans, ce diplômé en électromécanique de l’Isat, qui fut un temps scaphandrier tout en travaillant parallèlement pour une ASBL qui fabriquait du décorum pour les arts de la scène, est également un grand amateur d’Airsoft.